Oriental Marocain

Oriental Développement

Oriental Tourisme

Oriental Technologies

Oriental Carrières

Oriental Culture

Oriental TV

Discovering Oujda

Discovering Berkane

Discovering Nador

Discoering Figuig

Discovering Taourirt

Discovering Jerada

Discovering Driouch

Discovering Guercif

Actualités

Imprimer la page

Retour à la liste

Lutte contre la désertification: Pour la réduction de la pauvreté dans les hauts plateaux de l'Oriental

Daté du 12/04/2014 - Actualité

Lutte-contre-la-desertification.jpgLe projet s'articule autour de l’intégration des principes de gestion durable des terres pour des écosystèmes pastoraux.

D’une durée d'exécution de six ans (2009-2015) et d'un coût global estimé à environ 24,9 millions dollars, le Projet de «Lutte participative contre la désertification et la réduction de la pauvreté dans les écosystèmes arides et semi-arides des hauts plateaux de l'oriental du Maroc», s'inscrit dans le cadre du Plan d’action national de lutte contre la désertification (PAN-LCD) et s'intègre avec les autres initiatives en cours, spécialement avec le Projet de développement de l'élevage et des parcours (PDPEO), dans sa phase II. Ce projet a fait l'objet d'une contribution du Haut Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLCD), du ministère de l'Agriculture et de pêche maritime, à travers le Projet de développement des parcours et de l'élevage dans la région de l'Oriental (PDPEO-II) financé par le FIDA (Fonds international de développement de l'agriculture), ainsi que le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) et l’Agence de développement des provinces de l’Oriental (ADPO).

À travers une approche intégrée, le projet vise à combattre la dégradation des terres et à lutter contre la désertification dans les hauts plateaux arides et semi-arides de l'Oriental, à conserver les écosystèmes des parcours et à contribuer à la réduction de la pauvreté rurale. Selon les initiateurs du projet, celui-ci s’assigne comme objectifs la protection des ressources pastorales dans les hauts plateaux par l'amélioration du niveau de vie de la population l'atténuation de la dégradation des terres et la protection de l'intégrité de l'écosystème pastoral. «Le projet entre dans le cadre des initiatives nationales et locales actuelles pour lutter contre la désertification. Nous fournissons la formation aux populations de la région en adoptant des approches participatives», a déclaré Jaime Moll de Alba, représentant de l'ONUDI au Maroc. Onze communes rurales, 30 coopératives et 3 unions de coopératives pastorales sont impliquées dans ce projet. Il s’agit des communes de Béni Guil et Tendrara, Maâtarka qui relèvent de la province de Figuig, Aïn Béni Mathar Ouled Sidi Abdelhakem, Mrija, Ouled Ghziel et Tiouli dans la province de Jerada, et Ouled Ahmed et El Ateuf qui font partie de la province de Taourirt.

Le projet s'articule autour de l’intégration des principes de gestion durable des terres pour des écosystèmes pastoraux, du renforcement des capacités nationales et locales en appui à la gestion durable des terres et de la généralisation des meilleures pratiques en matière de gestion durable des terres pour les écosystèmes de parcours, ainsi qu’autour de l’amélioration des conditions de vie des populations locales à travers la sécurité de revenu et la création de valeur ajoutée. À travers ce projet, le HCEFLCD affiche un engagement fort en faveur du développement humain dont l'impact et les résultats seront prometteurs et à la mesure des attentes des populations locales. Pour le Haut Commissariat, la lutte contre la désertification est l'une des priorités du projet, eu égard à l'étendue des parcours steppiques et à la nécessité de sauvegarder une économie pastorale fondée sur l'élevage ovin. Des actions seront mises en œuvre pour assurer la protection et la réhabilitation des ressources naturelles sur près de quatre millions d'hectares, notamment à travers la mise en défens des parcours et les plantations pastorales. Une attention particulière est accordée au renforcement des capacités des associations et coopératives et à l'appui aux initiatives privées de développement portées par les populations à travers la promotion des activités génératrices de revenus. L'objectif étant d'améliorer les conditions de vie des populations locales.

70% des terres sont exploitées par les tribus et les communautés locales

Selon des données du Haut Commissariat aux eaux et forêts, les facteurs qui favorisent le déclenchement et l'accentuation de la désertification résident en l'aridité du climat qui touche près de 93% du territoire national dont les terres parvenaient aisément, par le passé, à se régénérer même après de longues périodes de sécheresse. Dans les conditions actuelles, ces terres arides, si elles ne sont pas gérées de manière réfléchie, tendent désormais à perdre rapidement leur productivité, relève la même source, notant qu’à cette contrainte naturelle s'ajoute aujourd'hui la dégradation continue du couvert végétal constamment sollicité pour la satisfaction des besoins des populations en terres de culture, en bois et en ressources fourragères pour le cheptel.
Par ailleurs, la dégradation des terres affecte les conditions de vie et la sécurité alimentaire d'environ 1,5 million de ménages au Maroc. Dans la région de l'Oriental, environ 70% des terres sont collectivement exploitées par les tribus et les communautés locales. Il en résulte une augmentation vertigineuse de la pauvreté rurale, une dégradation continue des ressources naturelles et un accroissement de l'exode des pauvres vers les centres urbains et ailleurs.

E.M.R., LE MATIN

Image(s) associée(s)

Autres actualités

Daté du - Actualité

Le Qualipole de Berkane est un atout pour le développement agricole.
Voir le détail

Daté du - Actualité

Les régions de l'Oriental et de Zaporijia s'allient
Voir le détail

Daté du 15/11/2004 - Actualité

Provinces de l'Oriental : Une campagne agricole qui démarre dans de bonnes conditions
Voir le détail