Oriental Marocain

Oriental Développement

Oriental Tourisme

Oriental Technologies

Oriental Carrières

Oriental Culture

Oriental TV

Discovering Oujda

Discovering Berkane

Discovering Nador

Discoering Figuig

Discovering Taourirt

Discovering Jerada

Discovering Driouch

Discovering Guercif

Actualités

Imprimer la page

Retour à la liste

Entretien avec Abdellatif Hadj Hamou, président du directoire de MedZ

Daté du 17/06/2013 - Actualité

Entretien avec Abdellatif Hadj Hamou, président du directoire de MedZ «La Technopole d’Oujda, un levier de développement économique régional».

Le Matin : La technopole d’Oujda est un instrument de développement économique qui fait partie des trois projets de stratégie Med-Est pour le développement de l’Oriental. Pouvez-vous présenter la stratégie Med-Est ?

Abdellatif Hadj Hamou : Le Plan Med-Est, est une stratégie régionale qui vise à renforcer le développement de la région de l’Oriental en s’appuyant sur plusieurs moteurs de croissance territoriaux. Med-Est est la mise en œuvre régionale de différentes stratégies sectorielles, particulièrement le plan Émergence, Maroc Vert, la stratégie énergétique et Rawaj. Trois projets entrent dans le cadre de cette stratégie : la Technopole d’Oujda, l’Agropole de Berkane et le parc industriel de Sélouane. La Technopole et l’Agropole de Berkane sont opérationnelles depuis 2012. Le parc industriel Sélouane-Nador est en cours de commercialisation. Les travaux in-site ont été achevés depuis plus de deux ans, mais la procédure de transfert du foncier de la Chambre de commerce et d’industrie de Nador à la société SAPS (Société d’aménagement du Parc industriel de Selouane), en charge du projet, a subi des retards. Ce transfert est maintenant réalisé grâce à la nomination du nouveau président de la Chambre.

Comment intégrez-vous la Technopole et de quoi celle-ci est-elle composée ?

La Technopole d’Oujda est un projet qui traduit, au niveau spatial, la convergence entre des stratégies sectorielles et une stratégie régionale et vise à positionner la région sur des activités à fort potentiel de croissance et de création d’emplois, à savoir les industries liées aux énergies renouvelables, les industries destinées au marché local, portées par les PME/PMI, l’offshoring, le commerce et la logistique. L’ensemble est supporté par le Campus du savoir qui permet de compléter le dispositif en matière de formation des ressources humaines adaptées et d’innovations apportées par la recherche-développement.

Le projet s’étend sur 107 ha et comporte les composantes suivantes :

• Cleantech (les technologies propres) : 40 ha
• PME-PMI : 23 ha
• Zone logistique : 20 ha
• Services & offshoring : 4 ha
• Retail park et showrooms : 20 ha


Où en est le projet au niveau des Cleantech, de la zone PME-PMI, de la zone logistique, du Retail Park, des services et des activités d’Offshoring ?

La Technopole a été réceptionnée et les titres ont été éclatés en 2012. Les zones PME, logistique et la zone commerciale sont en cours de commercialisation :

• Zone PME : 23 projets correspondants à 29 lots ont été commercialisés sur un total de 63 lots. 9 projets sont en construction.
• Zone commerciale : 6 projets correspondant à 8 lots commercialisés sur un total de 34 lots. 1 projet est en cours de construction.
• Zone logistique : un lot a été commercialisé. Pour la zone PME, les projets portent sur des activités diverses, telles que la construction métallique, la fabrication mécanique, la menuiserie, l’agro-industrie, les textiles et les énergies renouvelables. Pour la zone commerciale, les projets portent sur la concession automobile, le matériel industriel et agricole, l’électroménager et les produits cosmétiques.

Sur les Cleantech, aucune attribution n’a encore été réalisée. Leur développement est tributaire du déploiement opérationnel du Plan éolien & solaire et des mesures régionales qui seront mises en place par les autorités locales et nationales en vue de renforcer l’attractivité de la région par rapport à des régions mieux connectées. La commercialisation a été fortement impactée par l’appui que les autorités locales, en particulier la wilaya, ont réservé aux porteurs des projets. Il y a eu une forte mobilisation pour assurer aux investisseurs toutes les facilités pour l’obtention des autorisations.

Les travaux de construction de la Zone d’offshoring, dont l’offre de valeur est sous forme de plateaux de bureaux, ont été achevés en avril 2013 et la commercialisation a été engagée. Dans ce secteur, des incentives sont également nécessaires pour attirer des porteurs de projets à choisir la région de l’Oriental.


Quels sont les atouts de ce projet que l’on présente comme structurant ?

Il y a tout d’abord son emplacement stratégique à proximité de l’aéroport, à quelques kilomètres de la ville et sur la voie express Oujda-Saïdia. Cet emplacement la situe sur l’axe principal de développement économique de la ville d’Oujda. Autre atout, sa conception sous forme de Technopole de nouvelle génération qui offre une qualité d’infrastructure conforme aux normes internationales. Nous avons également la présence d’un bassin d’emploi qualifié à travers la présence de plusieurs instituts de formation (ingénieurs, techniciens spécialisés, ouvriers qualifiés) et couvrant une multitude de filières, parmi lesquelles celles prévues à la Technopole (énergies renouvelables, procédés industriels, offshoring, commerce...). Le dernier atout très important, c’est le soutien apporté par les autorités locales et les différentes administrations, notamment en matière de traitement des demandes d’installation (commission d’attribution), d’octroi des autorisations de construire dans des délais records et d’autres démarches comme le branchement aux réseaux électriques, l’eau potable et l’assainissement, des atouts importants qui ont encouragé plusieurs investisseurs à venir concrétiser leur projet au niveau de la Technopole d’Oujda.

Quelles sont les difficultés inhérentes au déploiement d’une Technopole nouvelle ?

Comme dans tous les projets de zones d’activité nouvelles en phase de valorisation, il y a un besoin d’assurer un environnement approprié, qui passe par la connectivité du projet (transport du personnel), la garantie des services de proximité (gardiennage, administration, maintenance, restauration), les moyens techniques, l’hébergement du personnel travaillant au niveau de la Technopole. Cet environnement se met généralement en place progressivement, en fonction de la densification du site en matière d’activités. De nombreux projets étant en construction, ce projet va suivre le même chemin. Nous avons de l’expérience à ce sujet, grâce à notre filiale MedZ sourcing. Cette société va assurer la gestion de la Technopole en offrant les services de base : la sécurité, l’entretien de la voirie et des espaces verts, la restauration… Nous avons veillé également à ce que le guichet unique, abritant les différentes administrations concernées par l’acte d’investir, soit opérationnel dès ce mois, avec d’autres services utiles tels que la restauration et le business-center. Nous comptons sur l’appui soutenu des autorités locales pour garantir la mise en place d’autres services, notamment le transport qui est déterminant pour le déplacement des salariés. Aujourd’hui, le bilan est globalement positif puisque nous avons réussi à commercialiser près de 50% des surfaces dédiées aux PME-PMI et au commerce. Notre challenge est relatif à la commercialisation des Cleantech qui peut s’expliquer par le retard dans la mise en place d’une offre Maroc spécifique (2012) pour le développement d’activités industrielles liées aux énergies renouvelables. Il reste que pour de tels projets, il faut intégrer le temps long. Les programmes éolien et solaire, le principe de l’offset industriel, sont de nature à permettre l’installation au Maroc d’une base industrielle importante (production d’équipements pour les panneaux solaires, des composants des tours éoliennes : pales, nacelles, turbines…) qui essaimerait ensuite dans les différentes régions du Maroc. Mais pour permettre l’installation d’une partie de ces activités dans l’Oriental, la région devra bénéficier de mesures et d’incitations spécifiques pour attirer les investissements.

Image(s) associée(s)

Autres actualités

Daté du - Actualité

Le Qualipole de Berkane est un atout pour le développement agricole.
Voir le détail

Daté du - Actualité

Les régions de l'Oriental et de Zaporijia s'allient
Voir le détail

Daté du 15/11/2004 - Actualité

Provinces de l'Oriental : Une campagne agricole qui démarre dans de bonnes conditions
Voir le détail